#USA 🇺🇸 Victoire ! Il est dĂ©sormais lĂ©gal d’imprimer son arme Ă  feu

La justice amĂ©ricaine autorise dĂ©sormais les citoyens Ă  imprimer eux-mĂŞmes leurs armes Ă  feu, sous certaines conditions, explique « Les Échos ». Les internautes n’ont plus qu’Ă  tĂ©lĂ©charger un simple fichier, Ă  la manière d’un vulgaire MP3, indiquant Ă  l’imprimante comment procĂ©der Ă  la crĂ©ation d’un pistolet.

Tout est parti d’une dĂ©cision de justice opposant Cody Wilson Ă  l’État fĂ©dĂ©ral. Et pour cause, le jeune Texan de 25 ans peut se targuer d’ĂŞtre le crĂ©ateur de la première arme Ă  feu jamais imprimĂ©e. Son pistolet, surnommĂ© « Liberator », est sorti d’une imprimante en 2013. En seulement quelques jours, plus de 100 000 personnes ont tĂ©lĂ©chargĂ© le fichier de Cody Wilson permettant de rĂ©pliquer l’arme Ă  feu, explique le quotidien Ă©conomique.

« Les armes sont autant téléchargeables que la musique »

Face Ă  cet engouement inquiĂ©tant, la justice amĂ©ricaine a poursuivi Cody Wilson, arguant que le jeune inventeur contrevenait aux lois limitant l’exportation des armes Ă  feu. Face aux coups de boutoir des juges, le Texan se rĂ©sout Ă  fermer son site. Mais en 2015, il dĂ©cide d’assigner le dĂ©partement d’État amĂ©ricain en justice pour non-respect de la libertĂ© d’expression et celle de porter une arme.

Des annĂ©es plus tard, le gouvernement a donnĂ© raison Ă  Cody Wilson. Un accord entre les deux parties a Ă©tĂ© trouvĂ© il y a deux mois et transmis Ă  la cour du Texas, qui l’a validĂ©. Selon ledit document, seules les armes dont le calibre est infĂ©rieur au calibre .50 peuvent ĂŞtre imprimĂ©es. Et celles-ci ne pourront pas ĂŞtre mises en vente. « Les armes sont autant tĂ©lĂ©chargeables que la musique », s’est aussitĂ´t rĂ©joui l’inventeur. Et de prĂ©dire : « Il y aura des services de streaming pour les armes semi-automatiques. »

Source